Les actualités entrepreneuriales

Les Medtechs et financement

Les Medtechs et financement

Oct 26, 2016

Pour réussir son activité sur le secteur de la technologie médicale, les start-ups medtechs doivent s’impliquer dans une démarche qui vise l’amélioration de leurs offres. Ces projets ont besoin d’un montant de financement de taille pour assurer la conception et la création de matériels médicales et chirurgicaux de pointe.

L’investissement, dans la technologie médicale

imagerie

Des allocations importantes doivent être mises à la disposition de ces start-ups pour proposer des solutions innovantes et qui font avancer la médecine et la chirurgie. En France, la demande locale, n’a pas beaucoup évolué par rapport à l’offre présentée. Dans ce sens, l’investissement dans ce domaine peut être risqué. Le rythme sur cet environnement est plutôt accéléré. Les sociétés se précipitent pour moderniser leur gamma de produit et pour détenir un avantage comparatif sur le marché. Ceci nécessite, un volume d’investissement de taille pour garder la cadence et rester à la pointe de l’innovation.

L’intervention du gouvernement

Le succès de ces start-ups à l’échelle internationale est une véritable vitrine qui expose le rayonnement de la France sur le secteur médicale et technologique. Pour réussir sur le marché internationale, ces startups doivent d’abord attaquer le marché local, ce qui n’est pas évident avec la baisse de la demande. Le gouvernement a tracé un plan d’action, piloté par le ministre de redressement productif, Arnaud Montebourg, et qui vise à promouvoir l’activité de ces entreprises sur le marché local. C’est une stratégie gagnant-gagnant, où les entreprises évoluent, génèrent des profits et améliorent la qualité de services proposés aux patients.

« Le système français ne rémunère pas l’innovation », lance le directeur général Denys Sournac du groupe Medicrea. Il ajoute « La France reste un terreau de créativité mais n’est pas un marché qui nous permet de vivre ».

Résister sur le secteur

187

Ne pouvant plus résister face à la complexité de l’environnement et face à l’évolution de la demande internationale, le chiffre d’affaires des sociétés Medtech a baissé. Les financements sont de plus en plus difficiles à trouver sur ce secteur. Ceci explique le recours de ces sociétés à des fonds d’investissement. L’idée consiste à se faire accompagner lors de l’innovation, la création et la commercialisation d’une technologie de pointe qui propose de nouveaux protocoles opératoires aux patients (cœur artificiel, chirurgie sans cicatrice, implants orthopédique, imagerie médicale…).

Pour renforcer sa position, sur le marché mondial, Actéon le groupe géré par Marie-Laure pochon, l’ancienne directrice de lundbeck, a été repris par le fonds d’investissement Bridgepoint Development Capital (BDC).

« Grâce à sa R&D et sa forte capacité d’innovation, Actéon est devenu un acteur incontournable du marché dentaire. Dans un marché structurellement croissant et encore relativement fragmenté, Actéon dispose en tant qu’acteur innovant de réelles opportunités de prise de parts de marché. Désormais en mesure d’accélérer sa croissance, Actéon va pouvoir élargir son réseau de distribution, conquérir de nouveaux clients à l’international et consolider des niches de marché encore fragmentées. Nous sommes heureux de pouvoir accompagner la société dans ces prochaines étapes », a expliqué Olivier Nemsguern, de Bridgepoint Development Capital en France.